Maladie parodontale

 Qu’est-ce que la maladie parodontale ?

La maladie parodontale attaque les gencives autour de la dent ainsi que l’os qui la soutient. Le plus souvent, au contact de certaines bactéries l’organisme enclenche une réaction immunitaire dont la finalité est l’élimination de l’agresseur (la bactérie) par l’agressé (l’organisme). La résultante de cette réaction immunitaire est la perte du support osseux de la gencive, ceci entraîne à plus ou moins long terme le déchaussement des dents.

Quels signes doivent alerter et quels indices rechercher ?

Ces signes sont des marqueurs d’un problème parodontal, ils ne sont pas toujours tous présents en même temps, tout dépend du degré d’atteinte. 

Saignements des gencives

Gencives gonflées, douleur diffuse, sensation de gêne gingivale

Mauvaise haleine persistante

Dents sensibles (chaud et froid)

Gencives rétractées et apparition de trous noirs entre les dents, dents qui se déchaussent

Dents qui bougent ou qui tombent spontanément

Quelle est la cause de la maladie parodontale ?

Tous les jours, une dépôt invisible se colle sur les dents. C’est la plaque dentaire, qui avec le temps se transforme et fixe le tartre qui protège les bactéries responsables de la maladie parodontale.

Quels sont les facteurs aggravants la maladie parodontale ?

Technique de brossage inadaptée, obturations débordantes, problème d’engrènement des dents, malpositions dentaires, stress, maladies générales, tabac, problèmes intestinaux.

Quelles évolution attendre d’une maladie parodontale non prise en charge ?

Les dents deviennent mobiles à cause du déchaussement, et peuvent tomber. L’évolution est insidieuse, car elle se fait avec peu ou pas de douleur. Il y a peu de signes nets et apparents. Au cabinet dentaire à GAN, nous parlons volontiers d’un véritable travail d’agent secret car lorsque les symptômes qui alertent tels les dents qui bougent, le mal est souvent déjà fait sans grands épisodes d’alerte. Il est impératif, en cas de suspicion d’un terrain parodontal défavorable lors du contrôle de routine, de mettre en place des bilans spécifiques et préventifs à intervalles réguliers. Tous les 3 mois dans un premier temps.

Comment traite t-on la maladie parodontale ?

Le principe est le suivant : VOUS contrôlez la plaque dentaire AU DESSUS de la gencive  à l’aide de votre brosse à dents, des brossettes et du jet dentaire, et NOUS contrôlons la plaque et le tartre AU DESSOUS de la gencive. Votre travail est aussi important, si ce n’est plus important que le nôtre.

 

Le traitement se déroule en 3 temps :

  1. Mise en place d’une hygiène bucco-dentaire adaptée et validation dans le temps de son observance à la maison. Une fois l’hygiène acquise, le nettoyage du tartre AU DESSUS de la gencive = DÉTARTRAGE est réalisé au cabinet dentaire. C’est une étape peu douloureuse car nous sommes équipés de deux appareils dédiés à ce type d’acte, leur intensité est réglable selon la sensibilité de chacun.
  2. Bilan parodontal :L’importance de votre maladie des gencives est évaluée lors d’une séance d’un peu plus d’une heure. Elle comprend plus de 380 mesures autour de vos dents, des relevés d’indices (saignement etc…) et un bilan radiographique complet. Nous sommes parfois amenés à compléter cette séance par la réalisation d’un cone-beam dans le cas d’atteintes sévères.
  3. Phase clinique et/ou chirurgicale : Lors d’une ou plusieurs séances, nous éliminons sous anesthésie locale la gencive infectée = CURETAGE et le tartre résiduel = SURFAÇAGE. Il n’y a aucune suite si ce n’est une légère sensibilité pendant quelques jours lors du brossage. Nous associons à ce traitement physique un traitement chimique dans les poches par des IRRIGATIONS ANTISEPTIQUES. De plus bien que son efficacité soit parfois remise en cause par certains auteurs, nous réalisons un complément de traitement au LASER car son innocuité est quant à elle démontrée. 

Dans certains cas, le même traitement est réalisé mais la gencive est décollée pour accéder directement aux racines dentaires. Cette variante concerne les poches très profondes. Dans ce cas, les suites opératoires sont en général modérées mais nous prescrivons souvent un traitement médicamenteux afin de prévenir au mieux les douleurs.

 

Tous les actes sont réalisés sous contrôle régulier de votre traitement et de votre motivation (observance de l’hygiène). Dans certains cas, en l’absence d’hygiène suffisante les séances cliniques pourront être reportées, dans votre intérêt, afin d’optimiser les résultats de fin de traitement.